L'esprit #SNDW2018 de Mathias Rocher : dans les médiathèques, le numérique pour tous toute l'année

Matthias Rocher est bibliothécaire chargé du numérique à la médiathèque Barbara de Montoir-de-Bretagne. Il sélectionne des applis qui valent le détour pour les tablettes, anime des ateliers informatiques et initie les enfants au codage en s’amusant avec le robot et le makey-makey…

 Qu'est-ce qui vous intéresse le plus dans la Saint-Nazaire Digital Week ?

C’est l’occasion de mettre en avant les services numériques de la médiathèque, de les faire découvrir à des personnes qui n’ont pas l’habitude de venir. Car il faut oublier les médiathèques où l’on ne trouve que des livres ! On a des CD, des DVD, des ordis, des tablettes, et de nombreuses animations. A Montoir nous avons même un très beau canapé pour s’asseoir et papoter, écouter un peu de musique, lire une revue... Enfin voilà, on veut se faire connaître !

 

Quel est votre meilleur souvenir de la Saint-Nazaire Digital Week depuis 3 ans ?

Eh bien tout simplement l’Escape Game Virtuel que nous avons réalisé dans les médiathèques de la CARENE en 2017. Nous étions 3 bibliothèques connectée avec webcam (et téléphone aussi car parfois on découvre que le Wi-Fi se coupe la nuit :x ). C’était complet à Montoir et à Saint-Nazaire, et les personnes présentes étaient à fond sur l’appli The Room. On a tous passés une bonne soirée !

Votre spot numérique préféré dans l'agglo de Saint-Nazaire ? Lorsque vous vous y rendez, qu’y faites-vous ?

A vrai dire je n’ai pas particulièrement d’endroit préféré. D’ailleurs, faut-il un endroit précis pour profiter du numérique ? On peut l’utiliser partout si on est équipé de tablettes ou de smartphones. Le Wi-Fi est installé dans de nombreux lieux (cafés, médiathèques,...), et même en extérieur.  Et puis parfois, on a aussi envie de décrocher ;)

 

Vos 3 coups de coeur dans la programmation 2018 de la Saint-Nazaire Digital Week ?
Alors pour le premier je vais être raccord avec la programmation en choisissant l’exposition des Portraits Chinois Numériques. L’un des ateliers a eu lieu à la médiathèque de Montoir-de-Bretagne, je suis donc assez impatient de voir ce que ça a pu donner dans les autres lieux, et surtout de voir l’ensemble.
Second coup de coeur avec le Saint-Nazaire Craft à la bibliothèque Anne-Frank.
Et dernier pour la projection-débat autour du documentaire Nothing To Hide. Gardons les pieds sur terre, et n’oublions pas que derrière le numérique se cachent des dangers, et se trouvent aussi de très grandes entreprises qui utilisent nos données à des fins commerciales.
Après, si vous voulez plus de coups de coeur n’hésitez pas, le programme laisse pas mal de choix !


La Digital week veut mettre en avant toutes les cultures numériques de Nantes à Saint-Nazaire. Cette dimension d’événement de territoire est-elle importante pour vous ?

Oui bien sûr, cela crée des rencontres entre  les organisateurs et entre les participants. Cela permet aussi de mettre en avant des lieux qu’on ne connaît pas, qui ne sont peut-être pas si éloignés que ça finalement. Entre bibliothèques de la Carène, nous avons déjà un réseau actif et sympathique, c’est chouette de pouvoir l’ouvrir à d’autres partenaires et univers.

 

Le ‘numérique’, c’est vaste. Qu’est-ce qui vous inspire en ce moment et que vous souhaiteriez partager ?

La question de la protection des données personnelles. On oublie trop facilement que certains services qui nous semblent gratuits, ne le sont pas : car nous payons avec nos données personnelles. De nombreux documentaires sont disponibles et nous donne des exemples concrets. Jetez un coup d’œil au webdoc« Do Not Track » , il en vaut le coup.

Pour finir définissez la SNDW2018 en 3 hashtags !

#RéalitéVirtuelle  #ProtectionDesDonnées #Numérique